Texte à méditer :   Un bateau s'abîme plus vite sur terre que sur mer... Pour préserver le vôtre, sortez régulièrement !   
Vous êtes ici :   Accueil » Bricolage et réglages
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Bricolage
et réglages
Rubriques

Fermer Technique de navigation

Fermer Bricolage | Réparer les caissons

Fermer Accastillage

Fermer ACCUEIL

Derniers billets
Archives
10-2018 Novembre 2018 12-2018
L M M J V S D
      01 02 03 04
05 06 07 08 09 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    
Tous les billets
DébutPrécédent [ 1 2 3 ] SuivantFin

Trapeze470-Perth2011.jpg Traduction rapide et libre d'un récaptiulatif de Joe Glanfield (2 fois médaillé d'argent aux JO : 2004 et 2008) sur les 10 erreurs les plus fréquentes quand on monte au trapèze.

Article publié en anglais sur Yachts and yachting et repris sur le site de l' Internationale 470 .

Erreur #1 - Harnais trop lâche
Il est important de garder le crochet assez près du corps car vous aurez de meilleures sensations du comportement du bateau et les mouvements seront plus efficaces.

Erreur #2 - Mauvais positionnement des pieds
Les équipiers au trapèze se positionnent souvent sur le talon ou le milieu de la plante des pieds. Vous devriez être sur la pointe des pieds car vous aurez un meilleur couple de rappel.

Erreur #3 - Trop bas
C'est une erreur qui n'est pas rare, particulièrement dans les vagues : si votre corps n'arrête pas de taper dans les vagues, vous offrez plus de résistance et de perturbations dans le gréement.. Remontez un peu, vous freinerez moins.

Erreur #4 - Ne pas utiliser ses genoux
 On peut avoir tendance à ajuster la longueur du trapèze pour équilibrer, mais utiliser les genoux pour rentrer ou sortir est plus rapide et moins perturbateur, spécialement dans les molles. Retendre les jambes vous remet tout de suite dans la bonne position sans avoir à réajuster la longueur du câble. L'idéal est évidemment une combinaison des deux.

Erreur #5 - Manque d'anticipation
On se concentre souvent sur la rapidité du mouvement pour bien réguler, mais une bonne anticipation des rafales ou des molles signifie que vous êtes actif et non pas en attente pour ajuster votre position. Un plus petit mouvement peut ainsi permettre de garder l'équilibre du bateau à travers un vent changeant..

Erreur #6 - Mauvaise position dans le petit temps
Se placer en avant ou en arrière pour équilibrer le bateau est très important. Les équipages ont tendance à se tenir trop en arrière dans le petit temps en pensant qu'ils pourront planer alors que les conditions ne sont pas suffisantes. Au contraire, il faut s'assurer que l'étrave est bien dans l'eau pour garder une longueur à la flottaison maximale en navigation "en déplacement" ; cela impose donc à l'équipage de s'avancer au maximum.

Erreur #7 - Mauvaise position au planing sur les bords de portant
Les équipages ne se tiennent pas suffisamment en arrière pour dégager l'étrave au-dessus des vagues. Il peut y avoir une grande différence de positionnement avant/arrière entre les bords de planing au portant et les bords de près ; le positionnement de l'équipage est vraiment capital pour la vitesse du bateau.

Erreur #8 - Peu de stabilité dans le vent fort
Vous voulez avoir le maximum de couple de rappel sans être déstabilisé à chaque fois que le bateau change de direction ou tape dans les vagues. Le couple de rappel sera effectivement meilleur en ayant les pieds rapprochés, mais la stabilité ne sera pas très bonne dans ces conditions. Il faut donc écarter un peu les pieds pour privilégier la stabilité : à partir d'une position stable, rapprocher vos pieds au maximum tout en gardant une bonne stabilité.

Erreur #9 - Plier les genoux quand ça fraîchit
Dès que la bôme est décentrée, le barreur contrôle l'équilibre avec la grand'voile. Pour remonter au maximum, le but de l'équipier est d'avoir le meilleur couple de rappel possible. Ne pliez pas vos genoux si le barreur peut recentrer la grand'voile.

Erreur #10 - Attraper la poignée du trapèze avec la mauvaise main
Quand ils sortent au trapèze, avant de s'accrocher, les équipiers prennent souvent la poignée du trapèze et l'écoute de foc dans la même main. Il faut changer de main : toujours prendre la poignée du trapèze avec la main la plus proche de l'étrave pour ne pas croiser les mains et s'emmêler avec l'écoute de foc.

Publié le 21/03/2013 @ 17:51  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Accastillage du spi - 2  -  par Egareg
Spi-01-small.jpg

Comment (ré)installer le spi sur mon 470 ? Partie 2

Matériel nécessaire

  1. Spi
  2. Tangon
  3. Ecoutes de spi
  4. Drisse de spi
  5. Hale-bas de tangon
  6. Balancine de tangon
  7. Barber-haulers de spi
  8. Poulies de renvoi (au moins 2 ou 3 par caisson, soit 4 à 6 poulies en tout)
  9. Coinceurs (1 par caisson pour écoute et bras, 1 pour la drisse et 1 ou 2 pour le tangon, soit 4 ou 5 en tout) 

L'accastillage

Le tangon

Le mât doit comporter une ferrure ou un pontet sur sa face avant afin de pouvoir y fixer l'un des embouts du tangon. FerrureTangon-01-small.jpg

Le tangon lui-même doit avoir une ferrure à mi-longueur pour y saisir la balancine et le hale-bas. FerrureTangon-02-small.jpg

La drisse

Son cheminement est très simple. La drisse est fixée au point de drisse du spi à l'aide d'un nœud (pas besoin de mousqueton ou de manille). Elle passe ensuite dans une poulie fixée dans le mât au-dessus du capelage d'étai pour cheminer dans le mât jusqu'au pied de mât. De là, elle ressort vers l'arrière pour arriver sur un taquet coinceur fixé sur l'arrière du puits de dérive (dans mon cas) ou sur un système de pompe à spi (pour les bateaux les plus évolués). 

La balancine et le hale-bas de tangon

Plusieurs options se présentent à vous : en continu, différenciés, l'une ou l'autre manœuvre remplacée par un élastique... 
Sur notre 470, nous avions d'abord un seul bout avec les deux réglages et nous avons remplacé la balancine par un élastique. Cela nous facilite la tâche puisqu'il n'y a plus qu'un seul bout à régler pour le même résultat ! 
Cela se présente comme suit : 
Balancine
Elle est constituée d'un sandow doublé d'un petit bout qui limite le débattement (et qui agira en secours si l'élastique lâche). Pour déterminer la longueur du bout, il faut procéder petit à petit pour avoir une position basse maxi un peu en-dessous de l'horizontale
La force de l'élastique doit être suffisante pour que le tangon soit légèrement au-dessus de l'horizontale lorsque le hale-bas est mou. 
La balancine est fixée au mât sur un pontet, au niveau des barres de flèche. 
Hale-bas
Le hale-bas de tangon va nous servir à régler la hauteur du tangon, c'est le seul que l'on règlera. 
Il est simplement constitué d'un bout de petit diamètre qui passe dans un trou de l'étambrai, juste devant le mât, pour ensuite descendre dans une poulie en pied de mât et continuer vers l'arrière du puits de dérive où l'attend un taquet coinceur. 

Les écoutes de spi

Ce seront quasiment les bouts les plus longs à bord. 
Le cheminement est assez simple là aussi, mais il peut être compliqué à souhait avec des poulies volantes, des boules d'arrêt et autres barbers réglables. 
Dans notre cas, la simplicité fonctionne bien et l'on a (à partir de l'étrave) : 
- taquet coinceur (clamcleat) au niveau des haubans pour jouer le rôle de barbers de spi
- poulie sur le coin extérieur du tableau arrière
- poulie de renvoi sur le tableau arrière, à la verticale de la paroi des caissons
- poulie de renvoi au milieu des caissons (zone de l'équipier)
- pour finir sur un taquet coinceur juste au-dessus de la dernière poulie
Ce taquet coinceur est utilisé pour ranger les bouts quand le spi est affalé et pour le bras de spi lorsqu'il est hissé. L'écoute est toujours gardée libre à la main pour réagir rapidement et avoir un spi toujours bien réglé.

Vue des poulies de renvoi sur le tableau arrière

Vue des poulies de ranvoi sur le tableau arrière. Il manque encore les poulies à l'extérieur des caissons (rajoutées en 2012). 

Vue du caisson babord

Vue du caisson babord. On voit bien le cheminement de l'écoute le long du liston et le retour sous la barre d'écoute. 

Vue du puits de dérive et du caisson

Vue du puits de dérive et du caisson tribord. On voit bien l'écoute de spi (vert et jaune) qui chemine le long du liston et revient sous la barre d'écoute vers la poulie de renvoi et le taquet coinceur. Sous le puits de dérive, on trouve encore :

  • La balancine de tangon
  • Le hale-bas de tangon
  • La drisse de spi. 

Barbers de spi

Près du hauban, on voit le barber de spi, constitué d'un simple clamcleat. 

Publié le 27/04/2012 @ 07:57  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Accastillage du spi - 1  -  par Egareg
Spi-01-small.jpg

Comment (ré)installer le spi sur mon 470 ? 

Le spi (ou spinnaker) est une voile qui fait peur à beaucoup de plaisanciers et qui fait rêver nombre de régatiers. Elle est certes un peu particulière, mais elle ne doit pas rester dans sa baille trop longtemps car elle peut être très utile au portant. 

Malheureusement, il arrive souvent que les vieux 470 n'aient plus l'accastillage nécessaire pour utiliser le spi. L'objet de cet article est donc de donner des pistes pour installer ou réinstaller un spi sur votre 470.  

Théorie du spi

Le spi est une voile très creuse, en tissu léger, qui s'utilise uniquement aux allures portantes (au mieux au largue, c'est-à-dire un peu abattu par rapport au vent de travers). 
Elle permet d'envoyer une plus grande surface de voile et donc de gagner en force de propulsion. 
Du fait de sa particularité de n'être pas enverguée sur une bôme ou le mât, elle est beaucoup plus sensible aux réglages et aux changements du vent. Cette voile demande donc une attention particulière et constante pour être utilisée au mieux. 

Le réglage du spi comporte deux manœuvres : 
  • L'écoute
  • Le bras

L'écoute

Comme tous les écoutes (foc et grand'voile), l'écoute de spi permet de border et de choquer le spi. C'est-à-dire qu'elle permet de fermer ou d'ouvrir l'angle d'incidence du spi par rapport au vent. 
 Pour régler au mieux un spi, il faut toujours le regarder : on laisse respirer la voile au maximum en choquant et lorsque le guindant se referme, on borde. 

Le bras

Pour faire simple, on règle le bras pour que le tangon soit dans le prolongement de la bôme. 
 Au vent arrière, le tangon sera perpendiculaire au vent. Pour cela, on peut mettre un brin de laine sur la ferrure centrale du tangon. 
 
Publié le 05/04/2012 @ 17:51  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
Barber-haulers de foc  -  par Egareg

Installation des barber-haulers de foc

A quoi ça sert ? 

Cet accastillage est d'abord là pour faire savant et pour montrer que vous maîtrisez parfaitement toutes les subtilités de la navigation à voile. 
Rien n'est plus classe que de lancer, faussement modeste, que votre bord de près catastrophique était uniquement dû à un dysfonctionnement des barbers (ce n'est pas la peine de citer le nom entier, au contrairewink). 

Plus concrètement, les barbers de foc ne servent pas qu'à briller en société nautique ; ils servent surtout (et uniquement) à donner la forme que vous souhaitez à votre foc. 
En agissant sur la position du point de tire de l'écoute de foc, les barbers permettent d'applatir ou de creuser la chute et la bordure de cette voile d'avant si récalcitrante. 

Réglages

Lorsque l'on abaisse le point de tire, on ferme la chute et on ouvre la bordure du foc (à utiliser dans le petit temps surtout, pour donner du volume à la voile). 
A l'inverse, si l'on monte le point de tire en choquant du barber, on ouvre la chute et on applati la bordure du foc. 
De même, on centre les barbers de foc dans le petit temps pour ouvrir progressivement l'angle du foc au fur et à mesure que le vent monte. 

Installation

Sur Dimeziñ, les barbers de foc ont été installés assez facilement : les rails étaient déjà présents et l'ancien accastillage avait laissé quelques trous de vis dans les caissons. Il était donc très facile de voir où installer les coinceurs. 
Le système utilisé est assez simple : 
  1. des rails courbes, perpendiculaires aux caissons
  2. des chariots qui circulent sur ces rails (et immobilisés par une vis), supportant une poulie
  3. un bout réglable d'un bord sur l'autre qui passe dans cette poulie et comporte un anneau inox
  4. l'écoute de foc passe dans cet anneau avant de passer dans le filoir

Barber-hauler de foc - vue caisson tribord

Vue d'ensemble des barbers de foc. Le bout de réglage en hauteur traverse le cockpit de part en part : le coinceur est donc sur le caisson au vent pour permettre le réglage en navigation. 

Dimezin-Accastillage2010-BarbersFoc-02.jpg

Vue du barber sur le caisson tribord. 

Dimezin-Accastillage2010-BarbersFoc-04.jpg

Vue du barber de foc sur le caisson bâbord. 

Dimezin-Accastillage2010-BarbersFoc-03.jpg

On voit le cheminement de l'écoute de foc : à travers l'anneau inox du barber, puis dans le filoir (et ensuite dans le coinceur). 

Publié le 05/04/2012 @ 12:06  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut

TravauxDimezin0097.jpgPoser le tissu de verre et la résine

Procéder à la réparation

La préparation est terminée, voilà enfin les travaux pratiques ! Après un bref passage chez le shipchandler, vous êtes en possession de  : 
 

  1. Résine polyester + catalyseur
  2. Tissus de verre (mat, roving...)
  3. Gants de ménage
  4. Masque qui bloque les vapeurs
  5. Acétone
  6. Pinceau
  7. Essuie-tout
  8. Si possible, rouleau ébulleur
  9. Ciseaux suffisamment costauds pour couper le tissu de verre

Couper des bandes de tissus à vide

Commencer par couper des bandes de tissus à vide, elles se coupent assez facilement avec des ciseaux de cuisine. Vérifier qu'elles sont à la bonne longueur et à la bonne largeur. 

Pour qu'elles épousent bien la forme des renforts, il peut être nécessaire de les pré-plier sur toute la longueur. 

Identifier quelles bandes vont sur quel renfort et à quel endroit. C'est bête, mais ce n'est pas pratique de jouer au puzzle avec des gants imbibés de résine... k

Imbiber les bandes de résine

Dans un récipient qui ne craint, préparer la mixture résine + catalyseur selon les proportions recommandées par le fabricant. Attention à ne pas en faire trop d'un coup : quand la résine commence à prendre, tout le récipient peut vite être perdu. 

Imbiber les bandes de tissus avec de la résine grâce au pinceau. Insister des deux côtés, mais plus particulièrement sur le côté qui va être plaqué contre le renfort. 

Positionner les bandes imbibées

Positionner les bandes imbibées une par une sur le renfort à réparer. S'il y a plusieurs renforts à consolider, il est plus pratique de commencer à travailler sur le renfort le plus éloigné de l'ouverture. 

Dans cette partie du chantier, il faut être protégé (masque + gants) mais également contorsionniste... n

Avec le pinceau, badigeonner de résine la bande fraîchement positionnée. Bien insister pour qu'elle adhère bien au profil du renfort et que les bulles d'air disparaissent. Le rouleau ébulleur est très utile dans ce cas. 

Laisser le chantier aéré le temps que la résine durcisse. 
TravauxDimezin0096.jpg  TravauxDimezin0097.jpg

Nettoyer le chantier

Vérifier que la résine n'a pas coulé sur les trappes (pas de vis). Le cas échéant, utiliser de l'acétone pour nettoyer. 

Les gants et outils peuvent être nettoyés à l'acétone (il faut en prévoir une certaine quantité). 

Publié le 04/04/2012 @ 20:31  - aucun commentaire - aucun commentaire - Voir? Ajouter le vôtre ?   Haut
DébutPrécédent [ 1 2 3 ] SuivantFin
Vous êtes ici :   Accueil » Bricolage et réglages
 
 
S'inscrire

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
Captcha reload
Recopier le code :


  Nombre de membres 71 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
3 Abonnés